TARIFS PAU ET LONS :

TARIFS NAY :

Médiation de la consommation AME Angela ALBERT présidence.ame@gmail.com 11 place Dauphine 75001 Paris Cedex 01 09.53.01.02.69

 

*DOUBLE CLIC sur l’image pour l’agrandir

Sans titre - 2


Quelques explications…

Formation AM (B.S.R) à partir de 14 ans :

Le brevet de sécurité routière (B.S.R) correspond à la catégorie AM du permis de conduire. Il permet de conduire des cyclomoteurs de 50 cm³ maximum ou des quadricycles légers. Il s’obtient à la suite d’une formation théorique et d’une formation pratique.

PERMIS ou formation A 1 à partir de 16 ans:

A partir de 16 ans, pour pouvoir conduire un 125, il faut passer le code, 20 H de formation pratique mais aussi les examens (plateau et circulation) nécessaire à l’obtention de celui-ci.

Après deux ans minimum de permis B, 7 heures de formations suffisent sans examen (obtention immédiate).

PERMIS A 2 à partir de 18 ans :

Le permis A2 permet de conduire une moto d’une puissance n’excédant pas 35 kilowatts (kw) ou un 3 roues d’une puissance maximale de 15 kw. Son obtention est soumise à des conditions d’âge, de formation et de réussite à un examen.

PERMIS A  (ne se passe plus en direct depuis le 3 Juin 2016) 

Le permis A permet de conduire toutes les motos avec ou sans side-car, ainsi que tous les 3 roues à moteur quelle que soit leur puissance. Son obtention est soumise à la condition d’avoir obtenu le permis A2 depuis au moins 2 ans et de passer une formation de 7h en centre.

Formation A.A.C à partir de 15 ans :

Le principe :

L’A.A.C est une formation de longue durée qui permet d’obtenir une plus grande expérience de la conduite avant le passage de l’examen du permis de conduire.
Elle comprend différentes phases :
La préparation et le passage de l’examen du  « code de la route » ;
Une phase de formation initiale, dispensée par l’auto-école comportant 20 heures de conduite minimum. En fonction des capacités de l’élève, le moniteur peut suggérer quelques heures supplémentaires;
Ensuite, le jeune apprenti conducteur doit parcourir avec son ou ses accompagnateurs au moins 3 000 km sur une durée minimale de 1 an.

Les avantages :

  • Chaque année environ 200 000 jeunes obtiennent leur permis de conduire en suivant l’apprentissage anticipé de la conduite (A.A.C), soit environ 30% des candidats.
  • 70% des élèves ayant suivi l’A.A.C ont leur permis du premier coup, contre 52 % par la filière classique (chiffres D.S.C.R).
  • Côté assurance, une surprime réduite à 50 % dès la première année, puis à 25 % la deuxième année et qui, s’il n’y a pas eu d’accident, disparaît la troisième année.
  • La réduction de la période du permis probatoire de 3 à 2 ans.
  • L’attribution du nombre maximal de 12 points se fait progressivement, à raison de trois par an pendant deux ans pour l’A.A.C, contre deux par an pendant trois ans pour ceux ayant suivi la filière classique, sous réserve de ne pas avoir commis d’infraction pendant la période probatoire.
  • Et bien sûr l’acquisition par l’apprenti d’une solide expérience de la conduite en situation réelle avant de conduire seul sur la route.

 PERMIS B via la conduite supervisée

La conduite supervisée », une nouvelle offre pour les plus de 18 ans. Sur 3 mois et 1 000 kilomètres minimum, les candidats de plus de 18 ans peuvent désormais compléter leur formation initiale par une phase de conduite accompagnée leur permettant d’acquérir davantage d’expérience à moindre coût. Le candidat doit au préalable avoir réussi l’épreuve du « code » et suivi au moins 20 heures de conduite en école de conduite. Ce dispositif est également ouvert après un premier échec à l’examen.

PERMIS B :

Formation classique comprenant partie théorique (code) et partie pratique (conduite) 20 heures minimum (nombre d’heures minimum obligatoire en France)

PERMIS B 1€/jour :

Le « permis à un euro par jour » a été mis en place par l’État, en partenariat avec les établissements prêteurs et les écoles de conduite pour aider les jeunes de 15 à 25 ans révolus à financer leurs préparations au permis de conduire. Il permet aux jeunes de bénéficier d’une facilité de paiement : le coût total de la formation au permis ne change pas mais l’établissement financier avance l’argent et l’État paie les intérêts.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Le « permis à un euro par jour » permet de répondre à deux objectifs principaux :

  • faciliter l’accès au permis de conduire, dont le coût peut représenter un frein et un obstacle fort à l’obtention d’un emploi ;
  • continuer à améliorer la qualité générale de la formation, grâce à un partenariat avec les écoles de conduite fondé sur leur engagement dans une démarche de qualité.

L’opération « permis à un euro par jour » facilite l’accès à une première inscription à une formation à la conduite de véhicules soit de la catégorie B (véhicules légers) soit, depuis le 3 octobre 2006, de la catégorie A (motocyclette de plus de 125 cm3).

Le permis de la sous-catégorie A1 (motocyclette légère) n’est pas concerné par l’opération.

  • Tous les jeunes qui ont entre 15 et 25 ans révolus à la date de signature d’un contrat de formation dans une école de conduite partenaire, quelle que soit leur situation, sous réserve que l’établissement financier accepte le dossier du candidat. Depuis le 6 mars 2015, les jeunes qui s’inscrivent dès l’âge de 15 ans à une formation au permis de conduire dans le cadre de l’apprentissage anticipé de la conduite (A.A.C) peuvent également demander à bénéficier de ce prêt (décret n° 2015-250 du 3 mars 2015).
  • Les jeunes bénéficiaires d’une aide publique, qu’elle émane d’une collectivité locale ou de l’État, peuvent également demander à bénéficier du prêt.

Le candidat majeur doit directement contracter le prêt avec l’établissement financier. Pour cela, trois possibilités s’offrent à lui selon ses capacités financières et les discussions engagées avec l’organisme prêteur :

  • soit il fournit un justificatif de revenus avec des revenus suffisants pour rembourser les 30 € par mois ;
  • soit il garantit le remboursement de son prêt par l’apport d’une caution ;
  • soit il s’inscrit dans le cadre d’un co-emprunt avec ses parents (c’est-à-dire que le jeune et ses parents empruntent ensemble) afin d’augmenter les chances d’avoir une réponse positive de l’établissement de crédit.

Si le candidat est mineur (dans le cadre de l’apprentissage anticipé de la conduite), ce sont les parents qui empruntent pour le compte du jeune candidat.

Certains jeunes ne peuvent pas bénéficier d’un prêt permis à un euro par jour car ils ne sont pas en mesure de fournir une caution parentale ou celle d’un tiers demandée par les établissements de crédit.

Aussi, le Comité interministériel de la sécurité routière du 13 janvier 2009 a décidé d’assurer la prise en charge publique du cautionnement du prêt permis à un euro par jour pour les jeunes exclus de ce prêt faute de caution et inscrits dans une démarche de formation ou d’accès à l’emploi.
Ces derniers devront se présenter à l’établissement de crédit partenaire du dispositif du permis à un euro par jour munis d’une attestation d’éligibilité à la caution publique établie par un des réseaux accompagnant également partenaire.
Toutefois, la décision d’accorder le prêt revient à l’établissement de crédit à l’issue d’une étude des pièces constitutives du dossier de demande de prêt.Fiche tarifaire formation B ECF FORMATIONS 65